Au fil de... Lamballe Communauté
English version
Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresimprimer la pagepartager

La Chapelle Saint- Jacques à Saint Alban


L'édifice religieux initial est sans doute l'oeuvre des templiers. Dans l'inventaire des biens bretons de ces moines soldats figurent des lieux voisins leur ayant appartenu. La toponymie locale accrédite l'hypothèse d'un établissement résidentiel.
La chapelle primitive à usage cultuel pour les seuls templiers a été agrandie au XIIIème siècle. Le costal sud est aménagé avec ses étroites ouvertures romanes ainsi que la porte du midi.
La chapelle est située sur la voie romaine Corseul/Carhaix. Cet itinéraire est celui des pèlerins anglais se rendant à St Jacques de Compostelle ainsi que des pérégrins bretons sur le chemin du Tro Breizh des sept saints fondateurs de la Bretagne. L'importance de l'édifice est en rapport avec la fréquentation de ce chemin.
Des écrits attestent la présence de logis de bois, montés sur pilotis de pierre dont les appellations « chambre des dames et chambre des hommes », laissent présager de leur usage. Lors de la dissolution de l'ordre du Temple, le duc de Bretagne s'approprie la chapelle. Il est l'initiateur de la galerie à la balustrade de motifs ajourés quadrilobés qui regarde sur la voie des pèlerins.
Le porche clocher dont les travaux furent suspendus avant leur complète réalisation, laisse à penser qu'une secrétairie aurait pu y être aménagée aux fins d'abriter les juridictions ordinaires. Des cavités ébauchées dans les pilastres auraient été destinées à un ouvrage en bois, vraisemblablement un avant porche pour abriter les assemblées seigneuriales et les activités des clercs.
Lors des guerres de la Ligue, la campagne est soumise aux pillages et aux exactions des soudards de toute obédience. Une des portes de la chapelle sera même fracturée et le mobilier vandalisé. En 1595, le curé sera assassiné par des hommes d'armes écumant la contrée. La cloche, hors service, est une des plus anciennes du département (1617).
A l'issue de cette période tumultueuse, on pourra célébrer dans la chapelle les offices, procéder aux bénédictions nuptiales et aux cérémonies funèbres.
La sacristie aurait été construite à l'occasion de la réédification du costal nord. Un beau retable existait, il n'en reste qu'un coffre latéral qui supportait deux colonnes de bois d'environ 1,80 m de hauteur et un socle de colonne portant des traces de peinture.
A la révolution, le prêtre constitutionnel ne fréquentait guère les environs de St Jacques où l'esprit et les lieux étaient chouans. Le poste se trouvant vacant par l'abandon du curé assermenté, la chapelle est fermée, mais les prêtres réfractaires débarqués sur nos côtes l'utilisent-ils ? Aux fins de bâtir le four à boulets d'Erquy, les croix de pierre abattues par les bleus durant la terreur, et les pierres tombales de la chapelle sont employées comme matériaux de construction.
La chapelle sera à nouveau ouverte au culte en 1804. Les offices y seront célébrés un dimanche sur deux. Elle deviendra succursale de l'église paroissiale s'il était nécessaire. La chapelle est classée monument historique le 23 février 1912. Des travaux de première urgence furent réalisés au cours du XXème siècle.
A l'intérieur de la chapelle, nous pouvons y voir une statue du XIVème de Notre Dame du Bon Voyage, autrefois polychrome et un chemin de Croix de Saupique. Lors de travaux sur le mur du cimetière, des ossements et des pierres travaillées ont été mis à jour.

 

Les fées de St Jacques

Il y a bien longtemps, lasses d'avoir couru le monde, des fées parcourent les chemins de St Alban en quête d'un lieu de quiétude. Elles jettent leur dévolu sur un endroit plein de charme, idyllique, qui est à ce jour St Jacques. D'un commun accord, elles décident de le choisir comme le terme de leur long périple. Chrétiennes, elles se proposent d'y construire une chapelle.
Les fées s'y emploient de tout leur coeur. Le bâtiment est si bien fait qu'il fera l'admiration de la postérité.
Un matin, alors qu'elles cherchent des matériaux pour élever le clocher, elles trouvent sur le chemin une pie morte, sur le dos et toutes pattes en l'air.
S'adressant à une vieille femme oeuvrant à filer la laine sur la margelle de sa porte, elles lui demandent si en ce beau pays on mourrait aussi. Et la vieille de répondre dans l'affirmative.
Sitôt dit, craignant ce pays où l'éternité n'existait pas, les fées quittent ces lieux, abandonnant leur ouvrage.
Et depuis ce jour-là, personne de Saint Alban ne les a jamais plus revues et notre chapelle St Jacques est restée inachevée

 informations reprises sur le site officiel de la commune de Saint- Alban
http://www.saintalban.fr/index.php

Association les compagnons de Saint Jacques Saint Alban...
"Nous avons un passé, donnons-lui un avenir", telle est la devis de l'association dont le but est la sauvegarde et la vie de la chapelle.
La chapelle, une des rares du département est ouverte toute l'année, pas de clef à prendre.
Le pardon, le dimanche le plus près de la Saint Jacques (le 25 juillet)
Visites guidées gratuites de la chapelle toute l'année sur demande, au 02 96 75 15 07 ou 06 78 91 13 80 et en juillet et août, tous les mardis à partir de 14h30.
Exposition gratuite la première semaine d'août.