Au fil de... Lamballe Communauté
English version
Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresimprimer la pagepartager

Informations Pratiques :

Secrétariat : 02 96 42 78 16
fax : 02 96 42 62 85
mairie.brehand@wanadoo.fr
 

Ouverture de la mairie au public du lundi au vendredi :
de 9h à 12h et de 14h à 17h30

A noter : Tous les ans au mois de mai se déroule la fête du pain.

Bréhand

Probablement du gallois Brec'han, réfugié en Armorique au Ve siècle.

Au début de l'âge du bronze, une communauté active s'implante sur le territoire de Bréhand. Au IIe millénaire avant notre ère, cette communauté élève un cairn dominant la plaine de Saint-Malo. L'exploitation de ces terres est lucrative, et la communauté produit de nombreux outils et objets en métal. Au Moyen Âge, cette paroisse, située à mi-chemin entre Moncontour et Lamballe, appartient aux Bréhand, originaires des environs de Loudéac. Elle est alors intégrée au regaire de l'évêché de Saint-Brieuc, constitué par Nominoë. En 1220, une charte de Guillaume Pinchon révèle la variété et la qualité des productions agricoles de Bréhand : cultures traditionnelles, mais aussi lin et chanvre, qu'utilise l'industrie textile, et même vignobles. Les nombreux propriétaires terriens de Bréhand s'investissent alors dans l'administration de la châtellenie dont Moncontour est le chef-lieu, et interviennent parfois dans les conflits entre la France et l'Angleterre. Dès 1337, Guillaume de Launay défend, aux côtés de Du Guesclin, la cause de Jeanne de Penthièvre. En 1607, le regaire de Bréhand est acheté par Olivier Du Gouray. Sous la Révolution, face aux brimades infligées par les républicains, les Bréhandais défendent leur foi et les institutions traditionnelles. L'un deux, Boishardy, devient le chef des chouans de la région, et contribue à isoler Moncontour et sa garnison. Au terme de cette période, la population abandonne la production de toiles et se consacre à l'agriculture, qu'elle perfectionne et diversifie afin de mieux vendre ses produits, en particulier le cidre et le beurre.

Les Châteaux et les Manoirs

Le Château de Launay
Le Château de Launay

unay-Gouray était possédé en 1476 par Guillaume de Launay-Gouray. En 1609, Ollivier Gouray, seigneur de la Coste Plaintel, chevalier de l'ordre du roi, lieutenant Général en Bretagne, était seigneur de Launay-Gouray, Launay Madeuc Beauvais, Artois et francs-regaire...unay-Gouray était possédé en 1476 par Guillaume de Launay-Gouray. En 1609, Ollivier Gouray, seigneur de la Coste Plaintel, chevalier de l'ordre du roi, lieutenant Général en Bretagne, était seigneur de Launay-Gouray, Launay Madeuc Beauvais, Artois et francs-regaire... 

Launay-Gouray était possédé en 1476 par Guillaume de Launay-Gouray. En 1609, Ollivier Gouray, seigneur de la Coste Plaintel, chevalier de l'ordre du roi, lieutenant Général en Bretagne, était seigneur de Launay-Gouray, Launay Madeuc Beauvais, Artois et francs-regaire...

Le manoir de Quimby

 

Ce manoir appartenait au XVème siècle au Sieur de Kermené. Ecuyer Jean Dubosq et M. Visdeloup habitaient la maison noble de Quimby en 1679.

Cette maison avait une chapelle domestique qui, en 1850, servait de pressoir et de décharge aux fermiers de Quimby. Il n'y avait pas de prêtre attaché au service de cette chapelle.

Les propriétaires actuels sont Mr et Mme Raymond Morin, qui ont entrepris la restauration des toitures et la mise en valeur du manoir.

Le manoir de Quimby

LE BOISHARDY

Le Boishardy remonte au XVème siècle, et appartenait à cette époque à Goyon le Forestier. Sa forme est beaucoup plus moderne et les restaurations qui y ont été faites au XIXème siècle par Mr Héméry qui l'habitait ont fait du Boishardy une très jolie maison de campagne

Les Chapelles et les Croix

La chapelle Saint- Malo du XVIe au XIXe siècle

Photo dillustration : La Chapelle Saint-Malo (XVI-XIXème siècle)

Françoise Pinson, Lamballe Communauté

L'édifice actuel, construit sur un Tumulus, date en partie du XVIème sciècle et qui fut érigé en Chapelle de secours le 23 août 1804. Une sacristie fut construite en 1851. La chapelle fut presque entièrement reconstruite de 1872 à 1874.
On y faisait une messe matinale les dimanches et le jour des quatre principales fêtes de l'année ainsi que le jour de la fête paroissiale. On y tenait aussi une assemblée ou pardon.

C'est dans cette chapelle que l'on trouve la planche à trous qui permettait de connaître le nombre de paroissiens désirant communier.
La chapelle St Malo était autrefois entourée d'un cimetière. Sous la révolution, les mariages et bâptèmes célébrés par les prêtres constitutionnels étaient rectifiés dans cette chapelle par les prêtres insermentés.

La Chapelle Saint-Malo (XVI-XIXème siècle)

La chapelle des Fermes

Elle fut fondée en 1529 pour Messire Nicolas Chaton par testament olographe. C'était l'une des plus importantes de la paroisse.
La Chapelle des Fermes

La chapelle Launay- Gouray

 

Elle fut fondée par testament de Dame Jeanne du Plessix "douairière de Launay". Elle consistait à célébrer quatre services par semaine.

Dans la chapelle moderne, située à l'intérieur du château, il reste un gisant, représentant un chevalier vêtu de son armure, couché sur le dos et portant sur son écu, un blason.

La Chapelle de la Trinité

Elle est située près du parc de Launay et est déjà mentionnée en 1301. Elle était autrefois chapelle paroissiale et avait son châtelain. 
La Chapelle de la Trinité

La chapelle de Quimby 

Près de la maison de ce nom, cette chapelle n'a pas servi en tant que bâtiment religieux depuis 1789.
La Chapelle de Quimby

Les Croix 

la croix du Château de Launay

Les plus connues se trouvent à la Ville Morhen, à St-Malo, au petit Chêne, au Boishardy, au Chênot. Celle de la Touche Bréhaut a été déplacée et installée au Bourg.
Les Croix

La Croix du cimetière

La première croix du cimetière de Bréhand, signalée dans le cahier de la paroisse, remonte à l'année 1584. C'était une très belle croix de pierre qui avait été offerte par le "Sieur et la Dame du Chêno". Elle reposait sur une base d'une seule pièceoù l'on avait gravé les noms des donateurs. Cette croix fut brisée par les révolutionnaires en 1793. 
La Croix du Cimetière

La Croix de Boishardy 

La croix dite de "Boishardy" s'appelait la croix Fourchon. Elle se trouvait dans le chemin des Champs Piroués et indiquait, d'après la tradition orale, l'emplacement de la mort du chef chouan. Elle a été déplacée en 1979 et installée sur le bord de la route de Moncontour-Lamballe près du croisement de la route des Grands Moulins. Son déménagement a été contesté par quelques bréhandais, qui ont rédigé une pétition.
La Croix de Boishardy

L'église de Bréhand

La reconstruction de l'église en 1890 

En 1890, la reconstruction de l'église était terminée pour l'essentiel. Une vaste entreprise dont la réalisation a duré 29 mois, mais dont la préparation a duré des années. Dans le livre "Histoire de Bréhand", vous retrouverez des extraits des registres de la paroisse : de 1883 à 1920.

 

Pendant la période des projets et de construction, les membres du Conseil de Fabrique furent : MM. René de Foucaud, maire ; Ollivier Chevalier, président ; Louis Glâtre, trésorier ; Jean Régnier ; Auguste Richard ; Prosper Legrand. Le recteur était Mr Yves-Marie Poisson.

Depuis bien longtemps, on avait projeté soit la reconstruction soit la restauration de l'ancienne église. Un plan de restauration avait d'ailleurs été fait en 1867 mais abandonné au bout de quelques obstacles.

La reconstruction de l'église en 1890Les Cloches

Le 11 août 1895, de nouvelles cloches furents bâbtisées :

  • La 1ère qui pèse 2160 livres s'appelle Julienne, Angélique, Jeanne, Marie-Françoise
  • La 2ème de 1600 livres s'appelle Pierre, François, Joseph
  • La 3ème de 1100 livres s'appelle Olive, Marie-Louise, Françoise, Marie-Ange
  • La 4ème de 890 livres s'appelle Caroline, Marie-Françoise, Jeanne, Guillemette

Sources: "Le Patrimoine des Communes des Côtes d'Armor", édition Flohic

Le site internet de la commune de Bréhand :www.brehand.com/

Les cloches