Au fil de... Lamballe Communauté
English version
Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresimprimer la pagepartager

Penguily

Penguily du breton penn, bout, et killi, bois.

Au Néolithique, une communauté choisit le territoire plat et boisé de Penguily pour se sédentariser, comme le signalent le cairn élevé au Grand-Quéhougan et le cromlech de la lande de La Roche-Lauriez. Il faut attendre le XIIIe siècle pour que l'occupation de Penguily soit de nouveau attestée. Ce territoire est alors constitué par la seigneurie des Haies, qui dépend de la paroisse de Landéhen et fait partie de la châtellenie de Lamballe. Cette seigneurie est vendue par Abel Trébuchet en 1680 à Luc Le Bel, sieur de La Chevallerays, et à son épouse, Jeanne Chatton. En 1719, les Le Bel obtiennent de l'évêque de Dol l'érection de leur chapelle en église tréviale, donnant plus tard naissance à la paroisse Penguily-Aile-des-Hayes. L'avènement de la république permet, en 1790, l'élection de la première municipalité qui restitue à la commune le nom primitif de la paroisse. La commune connaît alors des heures sombres, et plusieurs actes de barbarie sont perpétrés au nom de l'un ou l'autre parti. En 1802, la commune reprend le nom de Penguily, puis s'allie avec sa voisine Saint-Glen jusqu'en 1845. Elle se concentre alors sur de nouvelles activités agricoles, et tente d'effacer les rancœurs du passé. La dernière tentative d'union à Saint-Glen est faite en 1973 mais échoue en 1984.